Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Clés de Vie
  •                 Clés de Vie
  • : Aller à l'essence de ce qui fait fonctionner la vie et le monde, duquel on ne voit, tel un iceberg, que la partie visible, la partie la plus infime. Christophe - Naturopthe (santé intestinale - Paris) 06 58 89 82 99 cetienne8 (at) yahoo.fr
  • Contact

Articles Récents

Catégories

11 décembre 2009 5 11 /12 /décembre /2009 10:22
Cette conférence d'Alejandro, donnée à la librairie "Les 100 ciels" à Paris le 7/12/20009 a été retranscrite par Caroline Hegoburu (thérapeute basée dans le 9ème arrond., spécialisée dans le travail de la mémoire cellulaire, en particulier pour les problèmes de dépendance et d'intolérances alimentaires)


COMMENT ARRIVER A SOI ?

 

Mon Etre Essentiel : Comment le reconnaître... Comment le vivre... ?

 

 

L'être essentiel n'est pas mon moi social, variante du moi familial (projection sur soi de papa et maman , ...en fait, de toute ma Généalogie sur moi ). Il n'est pas l'ego.

Rencontrer mon être essentiel, s'est accepter de me "cogner "chaque instant à cet Ego... , mais dans la Reconnaissance, l'Amour.. la joie et le jeu... (jouer à vivre.. jouer à mourir... à fond....dans le rire...)

 

1) Comment est-on dévié de "SOI "? =  Comment notre " ego "se construit ?

 

Quelle est la fonction d'un enfant qui naît dans une famille ?

Nourrir l'arbre généalogique.....

Etre mangé ! ... par sa mère ..  et par son père....

L'être conçu est "parfaitement accompli "dès son incarnation, mais il est abusé et dévié de son être essentiel par sa famille. Ainsi tout enfant subit des abus familiaux de 4 ordres :

-abus mental (paternel – avec ses attentes et projections sociales)

-abus émotionnel ( la mère, centrée sur ses manques : elle est en  demande, a des attentes affectives vis à vis de son enfant – donc, elle n 'écoute pas, n'accueille pas les émotions de son enfant )

-abus matériel (irrespect et viol des territoires physiques, imaginaires et symboliques,...)

-abus sexuel (viol, violences physiques, manque d'abondance...)

+ les abus sociaux collectifs, historiquement très forts aujourd'hui sur les enfants

 

Pourquoi l'enfant (y compris notre enfant intérieur) s'accroche -t-il à çà ? Pourquoi permet -il que ces abus continuent encore et encore...Comment accepte-t-on d'être toujours dévié de son essence ?

Parce que cet enfant est avide d'amour (en particulier celui de sa mère) et avide de la reconnaissance de son père – et ne renonce jamais  à les obtenir.

Car il veut avoir absolument des parents "  parfaits ", qui le guideront et le pousseront vers sa Réalisation.

Et il se trompe ! C'est l'être créé (l'enfant) qui est parfait, et lui seul.. Mais il est dévié de sa perfection par ses parents !

 

2) LA NON -DEFINITION  DU SOI (par l'ego, par les autres..)

 

2)Comment arriver à Soi ? Par MIRACLE !

 

 Le miracle vient quand Dieu vient te demander quelque chose et que tu le réalises Toi-même.

et non quand tu demandes une chose avec ton ego et que tu crois que Dieu le réalisera pour toi, à ta place...

 

Donc écouter et entendre  conduisent au véritable « Moi ». Le faiseur de miracles est celui qui voit cela.

Pour cela, notre ego doit se plier devant l'être essentiel.

Il y a une analogie avec l'art : l'art sacré est anonyme, et il se « reçoit » ainsi, il nous traverse. Il a été un acte gratuit, lancé dans le monde. Mais l'art non sacré est «  signé » : il devient une marque, une signature, bref l'émanation d'un Ego – qui parle à notre propre ego.

De même, le but de notre Etre essentiel est d'être anonyme.

Croire que cela est possible est un choix, une décision.. Croire que je peux domestiquer mon «  moi artificiel ».. que celui-ci me suive et non l'inverse est un CHOIX. C'est la définition du «  Juste » dans la religion juive (très différent des saints des chrétiens). Etre Juste demande la soumission de l'ego..

En attendant d'y arriver vraiment, on peut essayer d'imiter les justes.. et cela fait beaucoup de bien.  On expérimente la soumission de l'ego.. au quotidien, dans les actes les plus  anodins...et on ressent...

 

Souvent, on ne sait qui nous guide,  l'ego ou le moi essentiel. Cela est source d'hésitation, de doutes..Mais, dans notre vie, quand on hésite entre Faire ou Ne pas faire ; il faut toujours choisir de faire   : FAIRE = EXPERIMENTER = SENTIR ce que cela fait (pas possible avec l'ego)

 

C'est ce que nous montre la carte du «  Mat » dans le tarot : il n'y a pas de nom écrit sur la carte. La clé de cette carte, c'est l'absence de définition, de signature. Elle représente l'aboutissement de l'être essentiel, celui  à qui on demande  : qui suis-je ?..et répond : je ne sais pas !

Ce sont les définitions qui nous empêchent de vivre. Bref, choisir la non-définition, c'est vivre !

 

Autre saboteur de vie : le besoin de reconnaissance, d'être confirmé par un autre que soi.

Les saints  veulent être reconnus par leur « dieu » les champions sportifs par la société, les génies par leurs pairs.... (...et bien-sûr, les enfants par leurs parents...)

C'est un besoin de l'ego.

L'être essentiel ne cherche pas la reconnaissance :

«  Etre », c'est avancer, se mouvoir entre les insultes et les applaudissements, entre l'échec et la réussite, entre l'amour et la haine, entre le plaisir et la douleur...

 

Quand on vit de cette façon là, on devient un « guide » pour  « Soi » et les autres – uniquement parce que  les autres savent qu'un tel être existe –   (pour moi,  c'est la seule définition satisfaisante du thérapeute.. celle à laquelle j'aspire...)

 

3)ABANDONNER LE CONCEPT DE POINT DE VUE


Quand on veut peindre, photographier ou filmer un objet, il y a des points de vue multiples possibles ; mais aucun n'est «  juste ». Tous sont l'émanation de tel ou tel aspect  de l'ego.

 

La vie, comme l'art, n'est pas une question de points de vue, mais la création de chocs, d'accidents avec un contenu.

Un véritable peintre, quand il peint, devient la peinture...(un écrivain devient l'écriture..le jardinier devient l'arbre...l'architecte devient la cathédrale...)

alors, un être humain devient son «  être essentiel. ».; (alors, il devient le Monde... !)

 

4)ANALOGIE AVEC LES 10 PREMIERS ARCANES DU TAROT

 

1- Le Bateleur

 

Il représente le premier pas car  faut un premier pas pour tout.

Pour cette première action, il faut fixer une ATTENTION.

Fixer son attention, c'est avoir renoncé à la définition (être déjà libéré de l'ego)

Il faut fixer son attention sur tout, car chaque pas est «  premier », primordial, et créateur ...

Par faut fixer son attention sur ce que l'on mange : manger comme son père, c'est mettre la même chose que lui dans ma bouche, dans mon corps et c'est finalement recréer mon père..

Fixer son attention, c'est se poser des questions sur  « comment suis-je avec..? et ressentir les réponses... comment suis-je avec la prospérité ?  dans combien d'espace je vis ?  les murs de ma maison ont quelle texture, quelle couleur ,?...de quelle façon suis-je satisfait sexuellement?  Etc »

Il est très utile de dialoguer avec nos maladies, nos problèmes par ce jeu de questionnement .

 

L'attraction amoureuse est la question humaine particulièrement difficile  : qu'est-ce que je convoite chez l'autre, que je crois ne pas avoir en moi ?

Si je convoite un fruit, je dois aspirer à être l'Arbre tout entier – devenir cet Arbre tout simplement, sans autre but. Cet arbre, c'est notre être essentiel, notre Oeuvre. Puis, un fruit pourra être cueilli dans un miracle .

 

Il faut donc pratiquer l'Attention : pour rentrer dans la cible, être la flèche. On peut vider l'ego par n'importe quel mantra japonais– mais çà peut être le mot « coca-cola »..peu importe..la seule chose qui compte, c'est d'en finir avec la distraction.  (qui nourrit l'ego)

 

Sur les frontons des temples grecs, était écrit « Connais toi toi-même ! ». Tout le monde le sait, mais on oublie toujours, que suivait la phrase « Rien de plus ! » :

« Connais toi toi-même . Rien de plus  ! » dit le bateleur. (appelé le Magicien , aussi !)

 

Et enfin, le Miracle naît, comme par magie, là où est fixée cette attention.

C'est pour cela qu'il est important de fixer son attention dans une famille : à chacun de ses enfants, sa femme, son mari...c'est dans l'attention que réside l'acte primordial créateur, source de joie, rire  et création...

 

 

2- la Papesse :

 

Après l'attention primordiale, elle représente la gestation et l'acceptation de «  l'engrais » dans sa totalité.

Et il faut accueillir l'engrais dans sa totalité : même des expériences apparemment obscures ou déplaisantes. Par exemple, un scénario de BD à grand succès a germé lors d'une  interminable pièce de théâtre grecque très ennuyeuse, ; ou alors, après avoir longtemps vécu avec un conjoint pas attentionné, consommateur, et tyran, on est  traversé par l'Energie de former un couple ou une famille formidable...

Donc, le message de la Papesse est : ne nie pas l'obscur, voit le en totalité, en toute confiance,  accepte tout, car tout est engrais. Ces expériences sont des « gestations ».

 

Une histoire : une amie d'alejandro, enceinte a planifié sa grossesse «  parfaite » (vie,  environnement ultra clean ... recherche de « pureté ») ;  cette «  pureté » a engendré un «  monstre »et non un enfant bien formé pour vivre ..à l'image du monstre qui est en elle et qu'elle a nié, refoulé... Autre exemple quotidien  : la scène de ménage colérique d'un compagnon ou compagne peut ressembler à une danse...! .. à voir et accueillir...!

 

 

3-L'Impératrice :

 

C'est la Création.

Notre toute première création , c'est notre Excrément...!

Or, la société nous insuffle la peur de créer : beurk le caca que l'enfant montre à sa mère ..et qu'il faut cacher ! L'accouchement aseptisé etc etc

C'est ainsi que nous devenons des imitateurs, car nous avons subi l'interdiction de créer dans l'enfance.

Il est très important de retrouver où, quand, comment cette interdiction (ou cette peur) de créer a été ressentie dans l'enfance. - afin de s'en dégager.

 

Car créer , c'est bien peu de choses (presque une vanité) :

c'est tout simplement accueillir TOUTE ENERGIE nous traversant et la TRANSFORMER.

 

 

4-L'Empereur :

 

Ma création, il est temps de l'ORGANISER dans l'ESPACE et le TEMPS.

 

IL faut particulièrement veiller à mettre une limite au temps que nous prennent les gens (amis, famille, collègues..). Il existe des vampires de notre temps. Il ne faut pas hésiter à s'en séparer et leur dire. (la lettre de rupture d'amitié !). Non par rejet de l'autre , mais parce que je connais, reconnais, et fait connaître ma limite.

C'est choisir à qui l'on donne, et comment on le donne.

C'est donner sans perdre, ni se perdre.

C'est mettre 10% d'argent de côté par mois, par exemple : il s'agit de «  fixer » la transformation dans la matière.

C'est prendre prendre conscience que nous détenons tous un trésor et que nous pouvons le «  fixer » par un « bon travail » (un travail juste ?)

 

Donc, je PEUX , je TRAVAILLE à ce que je veux, et le Miracle arrive...

 

 

5- Le Pape :

 

Je BENIS. Il transmet au reste du Monde. Il fait connaître la Beauté.

Si cette transmission n'est pas faite, le premier pas, la gestation, la création et la fixation ne servent absolument à rien.

Pour cela, je bénis tout ce que je vois, entends. Je suis à l'écoute, en cessant toute critique et tout jugement.

Je bénis mon expérience, ma perception, et je cesse de bavarder sur le niveau bas « moi, moi... », ou encore » les événements, la crise, les banques,... ? (ce mode de bavardage comble les manques de l'ego – c'est aussi une simple distraction, qui éloigne de l'Etre essentiel)

J'enseigne  véritablement. (je fais signe  au monde – sans signature – dans l'anonymat du Moi)

6-L'Amoureux

 

JE CHOISIS.

La carte est  très explicite : trois personnes sont unies, au dessous d'un soleil, incluant un  être porteur d'un arc et d'une flèche. Le centre du message est ce soleil : c'est lui qui choisit. Les trois personnes représentent l'union avec le Monde et avec Soi-même.

Donc, enfin réuni, je suis ce que je veux : mon soleil choisit ce que je veux être.

 

Etre qui je veux, est gouverné par deux actions :

· la CONSCIENCE de SOI

· l'ECOUTE de SOI

Il est donc important d'agir sur la base de l'intuition plus que de l'intellect, et ainsi ne pas se mentir à soi, en particulier dans le couple.

Il suffit de se laisser traverser par la flèche venant du soleil : ressentir, écouter ce que cela fait en nous.

Ainsi, le Choix sera « juste », relié au véritable « Soi » (= les 3 entités réunies) – un Choix vecteur de Miracles...

 

 

7-Le Chariot :

 

Je passe à la CONQUETE.

Je m'expose à la façon d'un guerrier.

Il s'agit de réaliser, comme l'alchimiste, le mouvement entre ma nature spirituelle sublime et mon humanité instinctive, mon énergie masculine et mon énergie féminine etc...: monter, descendre, monter, descendre,etc  dans un voyage enraciné dans le présent.

Traversé par toutes les énergies de la matière et de la lumière, je suis centré sur mon propre soleil, je peut « brûler » ce qui s'oppose à ma nature et triompher par mon «  miracle ».

J'avance  avec une puissance illimitée  et dans  un mouvement perpétuel,  sans bouger de « ma place » ni de mon temps (le Soi, le véritable « Je »).

 

 

8-La Justice :

 

Je réalise l'EQUILIBRE.

Le Monde est ce qu'il est  - je l'accepte totalement. Je suis juste avec Moi.

 

Cette « justice » dit : tu n'es pas ce que tu as été, tu n'es pas ce que tu seras, tu es ce que tu es. Tu ne seras jamais ce que tu n'es pas . (Ex : tu ne seras jamais peintre si tu n'es pas peintre...)

Je fais le maximum avec ce que j'ai dans le présent. Je m'accepte tel que je suis. J'accueille mon talent.

Cela est sacré. (le sacrement de mon Moi, par moi-même)

 

 

9- l'Hermite  :

 

Je me DEFAIS de l'INUTILE.

Je garde l'ESSENTIEL (mon Essence). Je garde la Lumière.

 

Il est très important de se défaire des relations inutiles, des amitiés et amours devenues inutiles.

Il faut écrire des lettres de rupture d'amitié !

….Et faire ses besoins...!.... c'est essentiel !

 

10- La roue de la fortune :

 

Les MUTATIONS (comme le livre chinois du même nom).

Tout tourne, tout est transition. Tout ce qui monte, redescend, et tout qui descend, remonte. Ce qui était derrière, vient devant...

Ce mouvement donne de la Joie.  Accomplir des actes justes, renoncer à ce qui n'est pas nous est une danse rieuse, un jeu.

Nous pouvons jouer de nos mutations : elles sont si fugaces...!

et si drôles....

 

Enfin, Alejandro Jodorovsky annonce qu'il ne fera plus de conférence dans l'année à venir, car il se consacre désormais à l'écriture et la réalisation d'un film, dont le sujet est : 

Le conflit dans la Fratrie est la source de la Guerre.

1Les relations entre frères sont  l'origine primordiale de la guerre....!!!!!!

 ….patience ...sortie début 2011, au plus tôt

 

Repost 0
Published by Christophe - dans Jodorowsky
commenter cet article
25 mai 2006 4 25 /05 /mai /2006 21:48

 

 

JODOROWSKY  Conférence du 22/4/2006 à la librairie Les 100 ciels à Paris.

 

Pour Alexandro, le principal exercice de développement personnel est d'adopter une attitude inverse à celle de notre personnalité habituelle. Certaines personnes n'imaginent même pas que leur perception de la réalité puisse être autre chose que LA réalité, qu'elle soit autre chose que ce qu'ils conceptalisent, que ce à quoi ils croient.  Par exemple, l'habitude de critiquer. Mais tout ce qu'on critique c'est soi-même ! c'est ce qu'on ne voit pas en soi, un point c'est tout.


Alexandro poursuit, toujours avec son style inimitable et entrainant, par les débuts de sa vie spirituelle, quand, plus jeune, alors qu’il était au Mexique, il s’est mis en quête d’un maître. Et il a trouvé un maître Zen. Car quand on veut évoluer, il faut se mettre au travail ! Il est passé par des moments terribles auprès de ce maître, (qui semble-t-il appliquait une discipline de fer), a pratiqué d’innombrables exercices afin de faire face à sa propre subjectivité, comme marcher des kilomètres en jetant une lourde pierre à pas, afin de se débarrasser de son poids génétique, social et culturel ; ou encore observer sa façon de toujours se comparer et de tout comparer.

 

 Comme Jung, considérons l’inconscient comme notre allié, comme l’infini des possibilités, et non comme Freud, comme un entassements de refoulements ! On n’est pas dans un coin de l’univers, on est l’univers ; on est soi-même la grande merveille de la création. Et chacun de nous a une responsabilité universelle.

 D’autres exercices consistaient à effectuer des visualisations afin de se déconditionner, sortir de l’éternel retour sur soi-même, de l’éternel moi, moi, moi. Apprendre la relation aux autres. Nous sommes tous unis mais on ne s’en rend pas compte : tout ce qui arrive à l’autre arrive à moi ; tout ce que j’obtiens, c’est pour l’autre. Un autre exercice était de reproduire sur un papier le dessin qu’une autre personne exécute dans son dos : arriver à communiquer à travers la peau ; ou encore passer une méditation à peindre un mur en blanc : apprendre à dépasser la caquettement de son mental. Apprendre à comprendre que c’est le cœur qui pense  en prenant la tête d’un autre sur son cœur. Un autre exercice était d’écrire 500 définitions  des personnes que l’on connaît, et réaliser ainsi à quel point on est peuplé de personnes et de leurs jugements.

Finalement Alexendro propose un exercice à l’assistance : chercher les différents égos (ou sous-personalités) qui nous animent : mettre en lumière quels sont les différents « moi » qui prennent la direction de notre vie, pour arriver finalement au moi directeur. Pour cela il faut les dénommer, attribuer un nom à chacune des sous-personalités qui nous animent : au minimum 12 noms à trouver (négatifs et positifs) ; comme « Alexandrito le timide », « Alexandro l’exhibitioniste », « Romeo le romantique ». Suite au témoignage concernant une sous-personnalité colérique d’une personne qui était montée sur scène, Alexandro enchaîne sur la contre qualité de notre tendance au tragique : tout prendre avec humour, car tout est comique, telle l’image des sages chinois qui rigolent. Le zen aussi est humouristique. Rigoler de tout ce qui nous arrive dans la vie, même de ce qu’on est sensé normalement prendre de façon tragique. Après quelques exemples d’hilarités forcées qui font beaucoup rire l’assistance, Alexandro propose de passer à un tirage de tarot. Marianne interprète d’abord, puis ils s'échangent le micro à plusieurs reprises.

Le thème est : la relation amoureuse.

A un moment, Alexandro cite un de ses poèmes mystiques : si tu n’aimes pas, c’est ton problème, ce n’est pas mon problème ; mais ne me cloue sur ta croix.

Marianne continue : de même, si je ne m’aime pas, c’est mon problème. Il faut se rappeler que l'arbre généalogique nous sculte. Trop donner aussi est un problème. Il est possible que l'arbre nous a appris qu'il faut donner beaucoup sinon on ne sera pas aimé. Parfois le don (trop donner) est une excuse pour ne pas regarder son problème qui est "je ne m'aime pas assez".

Alexandro, qui doit prendre un avion le soir même, commence un exposé très profond sur la créativité.

La créativité peut changer la vie. Il n'est pas besoin de chercher sa créativité car on est tous créatifs. Pour la développer, il faut trouver les limites que l'on nous a imposé, comme les limitations spaciales par exemple : on nous a cassé notre conception de l'espace infinie, ce qui contribue à notre intellectualité limitée. Pour être créatif, il faut savoir voyager dans toutes les directions. De même, certaines personnes ont une obsession  de l'âge, ce qui est un manque incroyable de créativité. Apprendre à méditer sur l'infini de l'espace et l'infini du temps. Appréhender l'éternité. De même, on a mis des limites à nous-mêmes. Par exemple, on nous dit : "qui es tu pour me dire cela ?" Mais le moi peut tout à fait être immense ! On a pris l'habitude de nous considérer comme de pauvres personnes, sans droit, humiliés. Mais la créativité du monde entier est en chacun de nous. Je suis dans le monde et je suis aussi en moi, alors qui suis-je ? On se rend compte alors qu'il y a deux forces dans l'univers : celle qui créé la conscience, devenir toujours plus conscient, plus complet. Imaginez, à l'origine tout vient d'une pierre. Dans notre cerveau il y a des millions de neurones et nous ne développons qu'un niveau d'informations social. Nous étions à l'état de singe il y a seulement quelques dizaines de milliers d'années ; imaginez quel bond nous aurons fait dans 30 000 ans ! Nous avons eu un cerveau reptilien, puis de mammifère, puis le cortex, et on va avoir un 4ème, puis un 6ème cerveau ! C'est à dire qu'aujourd'hui, on est un peu comme des gorilles, on n'arrive à comprendre tout. Notre cerveau n'est pas fait pour penser l'impensable. Plus tard, on pourra. Mais dans notre cerveau il y a le futur. On est préparé à voyager dans l'univers, on est préparer à tout avec ces millions de neurones, et ce qu'on fait, c'est créer des réseaux de neurones limités. Chaque personne a son propre réseau. Mais le meilleur réseau est infini. Quand toutes les cellules de notre cerveau seront unies au réseau universel, là on aura une puissance universelle, et chacun de nous pourra faire des choses qu'on ne peut même pas imaginer. Mais avant cela il y a des manifestations qui viennent de la préhistoire, qui vont se répéter, par imitation. Ce sont des idées fixes qui se répètent, mais qui ont été, commes les religions, absolument nécessaires dans notre évolution. Mais ces limitations ne sont plus nécessaires aujourd'hui. Par exemple, aujourd'hui un Pape sans papesse ne correspond plus à notre niveau de conscience actuel. Des hommes seuls qui prient dans la Mecque sans  les femmes à côté non plus, tout comme prier un Dieu extérieur au lieu d'un Dieu intérieur.

Donc il faut apprendre à se débarrasser de toutes les limitations qu'on a intégrées en nous depuis notre naissance, on est comme coincés. Imaginez l'âme infinie qui s'incarne dans le petit bébé et toute la génétique qui lui tombe dessus ! Tant de limitations familiales nous tombent dessus. Il est souvent (Freud) considéré que les 4 malheurs sont la naissance, la maladie, la vieillesse et la mort, alors que ce sont les 4 merveilles de la vie ! Sur le chemin de chemin de l'illumination, notre être illimité et merveilleux rentre en conflit avec toutes les limitations que l'on vit. On n'arrête pas d'imiter. Alors que doit-on faire ? On peut faire la liste des idées reçues. Ecrivez toutes les idées reçues que vous avez, et brûlez le papier. Se libérer des imitations, s'approcher de son authenticité. Pas de la vérité, de l'authenticité. Etre soi-même. De même dans l'éducation, faites confiance absolue à votre enfant. Ne pas s'opposer à ses aspirations. Et leur parler comme à des adultes si on ne veut pas qu'ils restent toute leur vie comme des petits enfants.


Voici une video de Jodorowsky le 17/05/2007 en Belgique :


Maelström FiEstival #1 : A. Jodorowsky
envoyé par maelstromITV
Repost 0
Published by CHRISTOPHE - dans Jodorowsky
commenter cet article
29 décembre 2005 4 29 /12 /décembre /2005 22:27

Tirer les tarots est un art divinatoire. S'octroyer un coup de pouce dans les difficiles choix que l'on doit faire dans la vie, chercher un clin d'oeil de notre impalpable destin. Tout est basé sur la fait que le hasard n'existe pas. Bien-sûr, tout a un sens (ou tout à une cause ?) ; et tout a une origine. Mais le tarot c'est bien plus que cela. C'est également un des grands outils de développement personnel et de connaissance de soi. Chaque lame représente un archétype universel. Et avec 22 lames majeures et 56 mireures, l'immense diversité du monde peut s'y retrouver. Chaque lame est bourrée de symboles. On peut ainsi établir une véritable communication avec son inconscient. Bien-sûr la qualité des protagonistes est essentielle, mais c'est d'abord à soi de plonger dans la profonde compréhension du lien qui nous unit en permanence à notre inconscient. 

Dénué de caractère religieux, la spiritualité du tarot est de plonger au coeur de la réalité symbolique du monde manifesté. Et en particulier la réalité de ses propres origines. Un langage symbolique avec sa généalogie et ce qu’elle nous a légué, et certainement ce qu'elle nous a laissé à travailler, peut se tisser, et Dieu sait s'il est démontré aujourd’hui combien on y est profondément lié (psychogénéalogie). Se réaliser spirituellement est une chose. Une grâce aussi si on a de chance. Mais se réaliser dans la vie, c’est avant tout se réaliser à travers ce que l’on a hérité, et à travers notre relation à cet héritage, ou challenge de vie.

Dans le monde des tarots, un nom revient souvent : celui d'Alexandro Jodorowsky. considéré comme un maître de tarots, c'est un écrivain prolifique, et bien plus (voir plus bas). C'est donc avec intérêt que je me suis rendu pour la première fois à une conférence, donnée à la librairie "les 100 ciels" à Paris. Accompagné de ma femme, qui a eu la bonne intuition de m'accompagner. Et je dois dire que nous fûmes bleufés. On a reconnu un homme universel ayant acquis une profonde compréhension de lui même et du monde. Aller voir Jodo, c’est un grand plaisir. C’est retrouver un peu d’espoir quant à la condition humaine dans notre actuelle France déprimée. Jodorowsky est un homme hors du commun à bien des égards, et c'est une chance de l'avoir parmi nous à Paris, surtout qu'il vient "se produire" (cabaret mystique)gratuitement dans la salle de conférence de la librairie les 22 de chaque mois  puis il dédicace ses livres (le site, dans la catégorie "évènements" permet de vérifier la date exacte chaque mois: http://lescentciels.free.fr/). Je l'ai rencontré peu avant ses 77 ans, et je crois que c'est aussi le père que je cherche à travers lui. Il faut savoir qu'il existe de nombreux différents jeux de tarot. Jodorowsky a donné son nom à l'un d'eux, qui est un "tarot de Marseille" amélioré et complété (ou restauré).

Il existe paraît-il de plus en plus de "bars à tarots". Celui, à part, ou Jodorowsky consulte directement les mercredi (il faut obtenir préalablement un ticket) : "le téméraire", 32 av Daumesnil à Paris, et celui ou on peut rencontrer quelques uns de ses élèves (notamment Moreno) les mardis pour un tirage (gratuit): "le bar sans nom" 49 rue de Lappe, Paris

Un blog est particulièrement bien documenté sur Jodo : http://thierryleblog.hautetfort.com/list/lecture/jean_giraud.html

Deux extraits :

 

Alexandro Jodorowsky est né le 17 février 1929 à Irique, petit bourg du nord du Chili, où ses parents, un couple de Juifs russes fuyant les pogroms, sont venus s'installer

En 1953 Jodorowsky quitte le Chili, qu’avec son théâtre de marionnettes, il a auparavant parcouru en tous sens, contre l'avis de son père qui l'aurait préféré médecin. Destination Paris, où il commence par forcer la porte du Mime Marceau. Il lui écrit quelques-unes de ses plus célèbres pantomimes. Cinq ans plus tard, il abandonne pourtant la troupe, devient peintre en bâtiment, fréquente les surréalistes et fait la connaissance de Maurice Chevalier, qui l'engage pour dépoussiérer son spectacle

En 1962 Avec Roland Topor et Fernando Arrabal, il créé le groupe Panique, pied de nez insolent et rigolard à l'intransigeance du mouvement surréaliste. L'histoire en retiendra quelques happening inénarrables, où se côtoient humour, performances sportives et pornographie.

En 1965 Jodorowsky s'embarque pour le Mexique, dans les bagages du Mime Marceau, qui lui a demandé de rempiler pour une tournée sud-américaine. Il y restera huit ans. Le temps de créer le Théâtre d'avant-garde de Mexico, d'adapter au cinéma une pièce de Fernando Arrabal, Fando et Lys, puis de tourner ses deux films les plus célèbres, El Topo et La Montagne Sacrée. C'est également au Mexique que Jodorowsky touche pour la première fois à la bande dessinée. Pour le dessinateur Manuel Moro, il imagine le personnage d'Anibal 5, et lui-même illustre pendant cinq ans ses Fabulas panicas (fables paniques) pour un hebdomadaire de Mexico.

En 1973 c'est le retour en france et la mise en chantier de son adaptation de "Dune", film sur lequel il travaillera jusqu'en 1979 mais qui ne verra jamais le jour.

En 1980 Jodorowsky et Moebius (Jean Giraud) se lancent dans les Aventure de John Difool. Avec elles, Jodorowsky fait une entrée fracassante dans le monde de la bande dessinée européenne, dont il devient l'un des scénaristes les plus originaux - et les plus prolifiques : il imagine des histoires pour Arno (Alef-Thau), etc...

En 1996 Jodorowsky reçoit à Angoulême l'Alph'art du meilleur scénario pour le premier volume de sa nouvelle série avec Georges Bess, Juan Solo. Il arrache ainsi la reconnaissance d'un milieu qu'ont longtemps déconcerté sa débauche d'énergie tous azimuts et une tenace odeur de soufre mystique. Outre ses activités de cinéaste (il a sept films à son actif, le dernier, Santa Sangre, tourné en 1992), Jodorowsky est un spécialiste incontesté du Tarot de Marseille, un maître de conférence anachronique qui chaque semaine, devant une assistance fidèle, extirpe de l'Almanach Vermot quelques leçons philosophiques, l'inventeur du concept de psycho-magie et un écrivain de plus en plus assidu, dont le dernier roman, L'Arbre du Dieu Pendu, a été traduit en français en 1996.

(.....)

On sait que cet ancien agitateur culturel, d’origine juive russe et grandi au Chili avant d’adopter l’Europe via le Mexique, s'est depuis longtemps mué en sage, aide les gens à trouver leur chemin dans le chaos spirituel moderne, grâce en particulier au jeu du Tarot. Voilà trente cinq ans qu’il reçoit chaque semaine, le mercredi, des gens venus de toute l’Europe, dans un bistrot transformé en “cabaret mystique” où, de façon rigoureusement gratuite, il tire les cartes à vingt-deux personnes, tandis que tout autour, une foule de plusieurs dizaines de quêteurs-de-sens se presse, pour entendre ce que dit l’artiste... parfois à voix basse quand, ayant (très compassionnellement) interpelé et écouté son “patient”, puis attentivement étudié son “arbre” (généalogique), il lui prescrit l’acte “psychomagique” destiné à ritualiser sa guérison.

Dans le vaste mouvement de découverte - ou de redécouverte - du transgénéalogique, Alexandro Jodorowsky fait figure d'outsider et de pionnier. Qu'est-ce que le “transgénéalogique” ? C'est la prise en considération, notamment par les thérapeutes, de tout ce qui nous touche, au corps, à l'âme et à l'esprit, en provenance de notre ascendance, de notre lignée. “ Or, dit Jodorowski, dans chacun de vos ancêtres, il y a un Bouddha qui dort : si vous voulez vous éveiller, travaillez à hisser votre arbre généalogique entier au niveau de sa bouddhéïté. ” Cet entretien a été publié dans “J’ai mal à mes ancêtres ”, de Patrice van Eersel et Catherine Maillard.

Repost 0
Published by ETIENNE - dans Jodorowsky
commenter cet article