Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Clés de Vie
  •                 Clés de Vie
  • : Aller à l'essence de ce qui fait fonctionner la vie et le monde, duquel on ne voit, tel un iceberg, que la partie visible, la partie la plus infime. Christophe - Naturopthe (santé intestinale - Paris) 06 58 89 82 99 cetienne8 (at) yahoo.fr
  • Contact

Articles Récents

Catégories

5 mai 2007 6 05 /05 /mai /2007 19:30

Voici un article qui est paru dans l'Express de juin 2006, numéro consacré à la généalogie et la génétique :

"Les biologistes qui s'intéressent aux différences génétiques entre les populations n'ont toujours pas complétement résolu l'énigme de la différence la plus visible entre les hommes, celle de la couleur de leur peau. On a ainsi identifié plus d'une centaine de gènes ayant un rôle dans la pigmentation, due à la mélanine, une molécule contenue notamment dans les cellulee cutanées. Mais, peu à peu, le mystère s'éclaircit, c'est le cas de la dire.

Les chercheurs de l'université de Pennsylvanie ont découvert chez le poisson-zèbre une mutation génétique responsable de la décoration de ses rayures, qui leur a permis d'identifier chez l'homme un gène baptisé "slc24a5", impliqué dans la formation de la mélanine. Celui-ci existe en deux versions : l'une commune à tous les Africains et aux Asiatiques de l'Est, l'autre que l'on retrouve chez les Européens. Cette différenciation est apparue il y a environ 40 000 ans, au départ, tous les Homo sapiens étaient noirs. Les premiers "blancs" ont-ils émigré vers les contrées tempérées où le soleil était moins brûlant pour leur peaux claires, ou bien se sont-ils adaptés naturellement à des climats plus froids en fabriquant moins de mélanine ? Les spécialistes de l'évolution continuent de s'affronter sur cette question."

Voilà ce que je préssentais personnellement depuis toujours : un jour il y aura un "grand renversement", et ceux qui auront été les premiers seront les derniers... ceux qui n'ont pas perdu les connaissances premières, comme les mystiques yogiques et les chamanes, seront mis en avant et apparaîtront au grand jour.

Finalement l'arrogance et le racisme sont des signes de dégénérescence.

Et le chamanisme pygmé, appelé Bwiti, déclaré "patrimoine national du Gabon", qui fait l'objet d'un intérêt croissant tant par les chercheurs en développement personnel que par les chercheurs scientifiques, est certainement et logiquement l'une des plus anciennes pratiques animistes du monde. J'ai rencontré plusieurs personnes qui m'ont raconté tous les bienfaits et le bon en avant exceptionnel que l'initiation Bwiti leur à permis de faire. Il faut savoir que certaines plantes sont réellement des plantes sacrées, et peuvent aider à se rencontrer soi-même et ses forces de guérison.

Concernant la génétique, l'article de l'express explique :

"comment les biologistes parviennent-ils à déchiffrer l'ascendance d'une molécule d'ADN ? Les gènes humains sont pratiquement identiques d'un individu à l'autre, à l'exception des variations responsables de nos différences individuelles, couleur des yeux et de la peau, forme du menton ou du nez..., qui ne représente que 1% seulement du génome. Mais il existe aussi des régions "non codantes" de l'ADN, qui ne correspondent à aucun gène ni à aucune fonction connue. Là se produisent des mutations qui se transmettent d'autant plus facilement qu'elles n'ont aucune incidence médicale et qu'elles échappent aux remaniements chromosomiques qui se produisent au moment de la fécondation entre les gènes du père et ceux de la mère. Ces marqueurs génétiques constituent des signatures uniques, comparables aux empreintes digitales, qui passent, telles quelles, de génération en génération (...)

La génétique ne se contente pas d'établir des filiations, mais elle peut aussi les situer dans le temps : certaines régions du génome ont un taux de mutation régulier et permettent de déterminer approximativement l'apparition de tel ou tel marqueur. L'ADN peut se lire ainsi comme une sorte de calendrier où est inscrite l'histoire des origines de l'homme, comme celles des migrations, des invasions et des colonisations. Grâce à cette horloge moléculaire, les généticiens ont calculé que tous les humains d'aujourd'hui descendent d'une seule et même femme qui a vécu en Afrique il y a 150 000 ans, "l'Eve mitochondriale", baptisée ainsi car son existence a été déduite de l'étude des gènes des mitochondries. La théorie veut que l'humanité se soit ensuite différenciée en clans, en tribus, en populations différentes qui se sont dispersées sur tous les continents et dont les généticiens traquent aujourd'hui les signes distinctifs. Chaque groupe humain aurait ainsi une "Eve" ou un "Adam" fondateur dont on peut retrouver la trace dans l'ADN des individus contemporains : cf d'ailleurs le best-seller de Bryan Sykes, de l'université d'Oxford, Les Sept Filles d'Eve." (http://fr.wikipedia.org/wiki/Les_sept_filles_d'%C3%88ve)

Ce que je me pose comme question à la lecture de cet article est que, en 40 000 ans, comment les races humaines ont pu se différencier aussi vite ? Difficile de croire qu'il n'existe pas d'intelligence au coeur même de notre ADN, qui accelèrerait et même orienterait certaines mutations. En fonction de quel dessein est une question plus délicate, appartenant à la métaphysique ou à la spiritualité. Mais il est indéniable que cette intelligence cellulaire existe, comme l'a si bien exposé Jérémy Narby dans son fameux livre "Le serpent cosmique - l'ADN et les origines du savoir" : oui, la Nature est intelligente.

 

Partager cet article

Repost 0
Published by CHRISTOPHE - dans clesdevie
commenter cet article

commentaires